Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 juillet 2018

Les copains 35

Les copains d'la neuille n° 35 est paru - sommaire dans notre note du 7 juillet.

Il arrivera dans les boîtes aux premiers jours d'août.


Merci à ceux et celles qui font vivre notre revue : Marie, Mathieu, LMELM, les contributeurs de ce numéro, les abonné(e)s, celles et ceux qui ont répondu à notre invitation d'un abonnement financièrement "amélioré", à celles et ceux qui nous rejoignent.

1 - Les copains 35.jpg

Commentaires

Bien arrivé, merci.

Écrit par : Démarest | 03 août 2018

Bien reçu ce matin
Merci a tous
A très bientôt
Musicalement

Écrit par : Christian | 03 août 2018

Excellent numéro. merci.
Je n'avais pas intégré l’abonnement "financièrement amélioré". ce sera pour la prochaine fois, c'est promis !

Écrit par : Pascal | 13 août 2018

Merci pour ce numéro toujours d'aussi bonne facture.
Une surprise: Ferré lecteur de Sartre ?

Je l'ignorais et j'en suis d'autant plus surpris que Sartre était à mille lieues de l'esprit libertaire. Je pense que Léo aurait gagné à lui préférer Albert Camus.

Écrit par : Alain L. | 17 août 2018

En effet, l'article est très intéressant. Le point d'interrogation du titre de l'article est important. Moins qu'un "lecteur de Sartre", Ferré semble avoir été "attiré" / "fasciné" par la personnalité du philosophe.
Personnage qu'il a certainement très peu côtoyé car, en effet, son rapprochement avec les maoïstes dans les années 70 aurait certainement peu convaincu le poète!
"Le fumier ça s'conjugue aussi dans ces coins là".....

Intéressant également ce que l'on peu percevoir, en creux dans l'article, de la vision de LF de la femme intellectuelle .

Écrit par : Pascal | 01 septembre 2018

D'abord bravo pour ce n° et aussi tous les autres. Bravo pour ce style exigeant et précis qui dit tout avec calme et détermination comme les articles sur "Pépée la part sauvage de Léo Ferré" et " Léo Ferré lecteur de Sartre". Bien que ces 2 textes ne soient pas du même auteur, ils ont ces qualités là.
L'article sur "je parle à n'importe qui" est lui un peu moins dans le calme mais reste bien dans la détermination.
Bel entretien aussi avec Mathieu Ferré qui ne pratique pas la langue de bois.
Et puis c'est aussi cette qualité d'écriture qui permet d'être (presque) dans les spectacles
décrits et qu'on regrette alors de ne pas avoir vus. Moran et Martin.
Heureusement il nous reste les disques, disponibles eux un peu partout et c'est comme cela que j'ai pu découvrir,écouter et apprécier "c'est extra" édité à la souterraine.
Vous aurez compris que j'ai encore une nouvelle fois aimé "Les copains..." même s'il me faut plusieurs jours pour la lire tant cette revue est pleine de Ferré.
Bravo et merci.

Écrit par : jacques | 04 septembre 2018

Merci Jacques, je prends tes mots simplement, humblement.
C'est ça Les copains, une détermination, un souci d'écriture, une précision.
Sans inconditionnalité, Ferré dans ses ombres et dans ses lumières.
Merci.

Écrit par : françois | 07 septembre 2018

Écrire un commentaire